Menu

14 octobre 2014

La jour le plus long : En route pour la Californie (2)

Samedi

Le réveil sonne à 6h30. Et c'est parti pour le jour le plus long de notre vie (on avait fait le Canada mais c'était pas aussi loin).

Je prépare les filles pendant que Monsieur papa charge les valises dans la voiture. 1ère boulette : on aurait du séparer les bagages et en donner aux parents de Monsieur papa.

On redonne notre voiture de location en bas du terminal 2F. Et on se retrouve avec 4 énormes valises + 3 petites + un lit parapluie + les 2 sièges auto + 2 sac à ordinateurs portables + un sac d'appareil photo + les 2 filles à gérer. Même avec les petits chariots à valise, ça rentre tout juste.

Mon chariot à pousser


On rejoint les parents de Monsieur papa au comptoir d'enregistrement des bagages. Il y a d'abord une 1ère étape à faire sur des machines. Bien entendu, ça ne fonctionne pas. Nous voyant avec tous nos bagages et les 2 filles, les agents nous font passer dans la file "flying blue silver" qui nous fait passer devant tout le monde (en fait, ils font ça avec toutes les familles de jeunes enfants)

Lors de l'enregistrement des bagages, je croise les doigts. Normalement, une valise ne doit pas peser plus de 23 kg. Résultat : 1 à 25, 2 à 24 et 1 à 20. L'hôtesse laisse passer. Ouf ! Puis elle nous demande si on n'a pas de poussette. Non mais on a un lit parapluie. Elle demande à le voir et elle l'accepte aussi ! Youpi !

On repart donc avec nos 3 valises cabines + 2 sacs d'ordinateur + le sac d'appareil photo + les 2 filles (elles ne rentrent pas en soute)

On va ensuite prendre un petit déjeuner chez Paul histoire de se remettre de nos 1ères émotions.

Il est 9h40, l'heure d'aller à l'embarquement. Quand le gars qui contrôle les cartes d'embarquement nous voit arriver, il nous demande s'ils ont tout accepté chez Air France. Oui oui Monsieur ! Sauf qu'on doit laisser notre chariot. On se charge comme des mulets. J'ai la petite puce dans le dos, le sac d'appareil photo sur le ventre et 2 valises cabines. Notre grande prend une valise et Monsieur papa se charge des 2 sacs d'ordinateurs ainsi que des sièges auto.

Le contrôle des passeports se fait rapidement. On prend un petit train pour aller sur notre lieu d'embarquement. Au passage des douanes, on a de nouveau un passe-droit grâce aux filles. Ouf, on récupère ensuite un petit chariot !
On arrive à la porte d'embarquement : il a déjà commencé mais la file d'attente est immense. Je vais donc acheter un livre aux 2 filles et les amène faire un tour aux toilettes. Quand on revient, ils lancent le dernier appel pour l'embarquement. Impeccable : pas de temps d'attente trop long !

On s'installe dans l'avion. Ma voisine commence à râler et demande des boules quiès à l'hôtesse de l'air... C'est mal partie pour que ma petite joue avec elle. Devant, il y a un autre bébé de 11 mois qui lui jouera avec ma puce.

Durant le vol, ma grande ne va pas dormir et ma petite seulement 1h. Mme Canine du Haut n'avait semble-t-il pas fini de percer. Je vous passe les pleurs et les crapahutages dans les allées et les escaliers de l'avion (on avait un A380).

Notre avion à l'atterrissage



 A l’atterrissage, tout le monde est épuisé mais il nous reste la douane américaine à passer. Un autre avion étant arrivé avant nous, on attend 1h notre tour. Au moment de passer, le douanier nous demande un papier. On n'avait pas vu qu'on devait l'avoir et il est dans le conteneur bateau ! Oups !
On est donc dirigé vers un autre bureau où on va de nouveau attendre 1h. Le douanier qui se charge de nous finit par nous dire qu'ils ont une copie du document sur leur ordinateur et qu'ils ne le demandent pas à chaque fois. Le douanier a voulu faire du zèle.

On récupère nos bagages qui ont été mis de côté vu que nous sommes les derniers du vol à sortir. Au moins, on n'a pas à les chercher. On les remets sur un petit chariot direction les locations de voiture.

Nouveau problème : ils sont en panne informatique ! On va de nouveau devoir attendre 1h notre tour.
Finalement, on récupère notre voiture : un monstre !





On ne se rend pas bien compte de la taille de la "bête" : une ford explorer

On arrive enfin à San José mais il n'y a personne à l'accueil de l'immeuble. Les clés sont dans un cadenas sur la porte de l'appartement mais Monsieur papa doit faire 4 fois le tour pour trouver où se trouve notre appartement tellement c'est grand !

On se pose enfin, il est 19h. Les filles ont dormi durant les 40 min qui ont relié San Franscico de San José. Elles sont épuisées et affamées.
On n'a pas le temps ni le courage de faire des courses mais heureusement, un kit de "survie" nous attend : un paquet de pâtes (des barilla, on n'est pas perdu) et une boite de sauce.

Il est 20h, heure de San José, soit 5h heure française. La journée aura duré beaucoup trop longtemps. On sombre dans un sommeil bien mérité !

3 commentaires:

  1. Ca a du être une journée de dingue! Franchement ça a du être vraiment galère! J'imagine bien avec les 2 filles à gérer et sans le chariot...mes pauvres! Vous deviez être contents de vous poser le soir! (Flo)

    RépondreSupprimer
  2. Oh mais vous êtes arrivés juste 15jours après nous! Je découvre ton blog! Pfiou je vois que vous avez la même journée d'avion que nous! Pas cool le mec de la douane qui demande le papier en plus...

    A+
    Karine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent ! Je ne connaissais pas ton blog. Je cours le voir !

      Supprimer