Menu

16 janvier 2018

Le 1er trimestre de grossesse aux Etats-Unis

J'entame mon 6ème mois de grossesse donc mon 1er trimestre est terminé depuis un moment.
Après avoir eu mes 2 puces en France, je peux maintenant comparer le suivi avec celui des US.


L'annonce de la grossesse


En France, quand vous allez faire vos premiers examens, c'est tout juste si on vous dit "félicitations, remplissez ces papiers". Bref, la vie continue, on n'est pas là pour tergiverser, c'est arrivé à d'autres avant vous et on en verra d'autres après vous. Sauf que pour vous c'est un moment unique et ne serait-ce qu'un sourire avec les félicitations suffit à faire plaisir.

Ici, dès que vous croisez quelqu'un du centre médical, c'est de grands "congratulations". C'est comme s'ils se passaient le mot pour vous féliciter. Limite on vous prend dans les bras !
Pour moi c'est un peu exagérer car on ne sait pas comment va se poursuivre votre grossesse (connaissant mes antécédents, ils pouvaient s'en passer).

C'est totalement ça ! (source)


Premiers tests


En France, une fois le test urinaire fait, le médecin prescrit une prise de sang pour connaitre le taux de βhCG. Ça permet de confirmer la grossesse, de savoir si c'est cohérent avec le nombre de semaines où vous êtes sensé en être et éventuellement de voir si la grossesse évolue bien.

Ici, rien ! On vous demande juste d'appeler un numéro où une infirmière va vous poser des questions.
Si vous n'avez pas d’antécédent particulier, le 1er rendez-vous sera l'échographie du 1er trimestre.
Sinon comme en France, on peut vous prescrire bien avant une prise de sang ou une échographie.

J'ai ainsi vu Cookie (petit nom de n°3) pour la 1ère fois à 7 semaines de grossesse puis à 10 semaines. Pour en revenir au point précédent, la gynéco était vraiment contente de nous montrer un petit bébé qui grandissait bien et elle était presque aussi émue que nous !

Échographies


En France comme aux US, la 1ère échographie officielle, c'est celle du 1er trimestre.
Elle sert à déterminer la date prévue d'accouchement (si ça n'a pas été fait auparavant), mais aussi à mesurer la clarté nucale pour déterminer les risques de trisomies.

La différence, c'est qu'en France c'est un gynéco qui fait l'échographie. Il explique donc au fur et à mesure ce qu'il voit et les éventuels problèmes.
Aux US, c'est un métier à part entière. C'est donc un échographe (je sais pas si ça se dit) qui fait l'échographie. Et son métier s'arrête là. S'il est un peu bavard, il vous dira ce qu'il voit (tête, pied,...). Mais s'il y a un problème, il ne dit rien et appelle le gynéco qui se charge de vous expliquer le/les problèmes.

Mr papa me reconnaîtra : "Mike, nous sommes réellement enceint, je ne peux plus voir mes doigts de pieds" "Donc 5 tests de grossesse, 2 échographies, entendre le cœur battre et 3 mois de nausées ne t'ont pas convaincu ? Mais tes doigts de pieds oui ?" "Oui !"(source)


A l'échographie officielle de Cookie, l'échographe n'a pas décoché un mot pendant tout le temps de l'examen. Il a fallu qu'on lui demande à la fin si tout allait bien pour qu'on sache enfin qu'il n'y avait pas de problèmes particuliers.

Une autre différence est qu'on vous propose de faire cet échographie ou pas en vous précisant qu'il faut appeler votre assurance pour savoir combien vous paierez.
Notre assurance nous couvre bien et on n'a rien payé mais les montants à débourser peuvent vite être très élevé en n'étant pas bien couvert.

Prises de sang


Comme je l'ai déjà expliqué, pas de prise de sang pour les βhCG ici.
Et pas non plus de prise de sang pour celles qui n'ont pas eu la toxoplasmose : il semblerait que ça soit spécifique à la France.

Au 1er trimestre comme en France, il y a aussi la détection du risque de trisomie (21 et 18) qui viennent compléter la mesure de la clarté nucale.
Mais là où en France il  n'y a qu'une seule prise de sang, il y en a 2 en Californie. La 2ème permet d'affiner le résultat de la 1ère prise de sang et de l'échographie.

En plus des trisomies 21 et 18, ils vont également déterminer ici les risques de problème au niveau du tube neural (spina bifida ou anencephalie) ainsi que le syndrome de Smith-Lemli-Opitz (un problème dans le métabolisme du cholestérol). Bref des maladies pas drôles qui nécessitent une prise en charge particulière.
Attention il y a un tarif spécial en Californie : une femme ne déboursera pas plus de 221,60 dollars pour ce programme quelque soit son assurance !

Prise en charge des petits maux de la grossesse


Pour chacune de mes grossesses, j'ai été malade durant le 1er trimestre. Surtout pour Mlle E et Cookie.
Et quand je dis malade, c'est au point de perdre plusieurs kilos à chaque début de grossesse.

Les filles sont plus grandes mais c'était à peu près ça (source)


En France, soit on me disait ça va passer, soit on m'a donné un médicament qui m'a rendu encore plus mal (à l'état de zombie, je ne me souviens même plus de mes journées !).
Ici, la doctoresse m'a aussitôt proposé tout d'abord des solutions naturelles. Puis elle m'a présenté 3 médicaments avec les avantages et les inconvénients de chaque. Comme on peut communiquer par mail, je pouvais la contacter et lui demander de changer si je voulais.

"crie sur papa" "mal de tête" "brûlure d'estomac" "nausée" "vomissement" "rot" "pet"(source)


Car c'est un autre point important ici : on peut contacter son docteur par mail ou par webcam. Ça permet parfois d'éviter de se déplacer juste pour une question ou si on a un doute.

Concernant le poids, ça n'est pas la même chose également.
On ne m'a jamais inquiété sur mon poids en France malgré un perte de poids au départ (alors que je ne suis pas grosse de base).
A San Jose, les médecins se sont vite inquiétés de mon poids. Il ne fallait pas que je maigrisse trop. Et quand j'ai enchaîné avec une gastro, on m'a tout de suite envoyé aux urgences pour me réhydrater et me donner un médicament pour me stopper les vomissements.
Quand j'ai enfin commencé à prendre du poids, j'ai eu le droit aux félicitations de ma gynéco !


Pour conclure, pas de gros changements mais surtout une prise en charge qui me parait plus humaine (tant qu'on paye).
Il y a moins d'examens qu'en France (où la grossesse est surmédicalisée) sauf si c'est vraiment nécessaire car chaque examen est payant.

Maintenant place au 2ème trimestre !

11 janvier 2018

La traversée de Yosemite via la Tioga Road

Avant de vous parlez de ma grossesse aux US, je voulais finir de vous raconter notre voyage dans le Nord de la Californie en août dernier.

Dernière étape de notre road trip en août dernier : Yosemite.
Nous y étions déjà allé en 2015 mais on n'avait juste parcouru une toute petite partie du parc : la vallée et Mariposa Grove (avec ses séquoias géants).

Cette fois, nous avons traversé le parc de part en part via la Tioga road, une route d'altitude qui n'est ouverte que l'été. 

La Tioga road est la route représentée en rouge sur le schéma comme vous vous en doutez (source)

La route est superbe et nous nous arrêtons régulièrement pour prendre des photos.

La neige est encore bien présente

On peut voir la route qui serpente le long de la montagne : ça vous donne une échelle !

Notre voiture a l'air toute petite !





Notre 1er arrêt a été au niveau du Lembert dôme. 
Une randonnée permet de grimper tout en haut. L'autre solution est de grimper le long de la paroi. Je vous laisse imaginer quelle solution on a choisi.

Tout en bas à gauche, vous pouvez voir des personnes : ça vous donne la taille de cet immense dôme !


En bas de la montagne, on croise des biches. On commence ensuite l'ascension. Il fait chaud et le dénivelé est important. Nous sommes en altitude donc notre rythme cardiaque et notre respiration s'accélère. Pour la 1ère fois, je me demande si on ne dois pas faire demi-tour.
La dernière partie, à l'ombre des arbres, est moins pentue et on fini par atteindre la roche nue.

Mlle S nous a encore impressionné du haut de ses 4 ans car elle a quasiment tout marché

On a croisé plein de biches ce jour là


On longe la crête puis je laisse les filles à leur grand-père : je ne veux pas qu'elles montent en haut du dôme car c'est assez dangereux. 
De là où elles sont, la vue est superbe mais du sommet, on a une vue incroyable.

La dernière partie avant la fin !

Pour vous donner une échelle....

Au loin le Half dôme

  
Mr papa en haut du Lembert dôme !



Même un panorama ne rend pas compte de la beauté de la vue.


On redescend ensuite jusqu'à la voiture.
L'arrêt suivant est un autre point de vue : Olmsted Point. On aperçoit le Half dôme mais un incendie provoque un brouillard qui nous gène un peu. 

Omlted Point avec sa fumée d'incendie

Mais on arrive à apercevoir le Half dôme


On peut également voir les traces laissées par un ancien glacier : des blocs de pierre déplacés sur de grandes distances et une roche striée.

"Petit" rocher déplacé par le glacier.



Notre retour à la civilisation se fait brutalement quand on rejoint la vallée. On dort à Half dôme village (anciennement Curry village). Or pour parcourir les 8 km qui nous séparent de l'entrée de la vallée au camping, on met 1h de voiture !

Nos tentes pour la nuit


La nuit sous la tente est glaciale car même en plein été, les températures tombent très bas en altitude.

La vue au réveil est quand même sympa !

Le lendemain, nous parcourons la vallée comme nous l'avions déjà fait la 1ère fois : Mirror lake, Yosemite falls. Le soir, nous reprenons la voiture pour rentrer chez nous après 10 jours d'un magnifique road-trip.


Mirror Lake était un peu plus rempli que la dernière fois.


Le Half dôme vu de la vallée

Encore des biches !

Yosemite falls

Les filles ont ajouté leur contribution à ces cairns pour laisser notre trace dans ce superbe parc de manière écologique.



Informations pratiques

Pour la Tioga pass, les dates d'ouverture et de fermeture varient en fonction des années donc pensez bien à regarder auparavant sur le site du national park.

Dormir dans Yosemite est relativement cher. Cependant il faut s'y prendre à l'avance car tout est très vite réservé. Pour info, j'ai réservé en avril pour août et il n'y avait déjà plus les tentes que je souhaitais.


La globalité de notre road trip : ici

09 janvier 2018

1+1 = 2 françaises et 1 franco-américain



Tout est dans le titre : dans quelques mois, nous serons 5.
Un petit franco-américain viendra rejoindre notre famille courant du mois de mai.

Ça vous explique mes absences : j'ai été pas mal malade en début de grossesse. (Car non on n'est pas malade que quand on attend une fille !).

Je vais donc continuer mon petit rythme tranquille de 2 publications par semaines. J'y ajouterai maintenant des explications/comparatifs sur la maternité aux Etats-Unis.

Alors à très vite !

04 janvier 2018

Mes 1ers séismes : quand la terre tremble

4
C'est le nombre de séismes que j'ai ressenti depuis le 13 novembre.

On sait qu'on habite en zone sismique mais en 3 ans, on n'avait jamais rien senti.
Mais ces derniers temps, la terre bouge. Et elle bouge pas mal.

San Jose est entre 2 failles majeurs (les traits rouges) donc ça bouge régulièrement. (source)


Je voulais donc vous raconter mon ressenti pour les différents séismes.


Le 13 novembre, j'étais malade.
Mme la gastro me clouait au lit et j'étais fiévreuse.
Soudain j'ai senti mon lit vibrait.
Je me suis dit que la fièvre me faisait délirer. Puis j'ai regardé au plafond et les fils de mon ventilateur étaient en train de se balancer. La fièvre pouvait me faire délirer mais pas à ce point !

Je demande donc à mes copines si elles ont senti quelque chose. Une seule me répond que oui.

Finalement quelques minutes plus tard, le site USGS (U.S Geological Survey : étude géologique des US, site gouvernemental) me donne raison. Il y a bien eu un tremblement de terre de magnitude 3,1 à 60 km de la maison.
Vu sa magnitude et la distance, seul quelqu'un d'allongé ou qui ne faisait rien pouvait le sentir.

(source)


Le 26 décembre, lendemain de Noël, au moment de se coucher, on était assis avec Mr papa en train de discuter. 
Soudain un grondement s'est fait entendre. On s'est regardé en se demandant laquelle des filles pouvait faire autant de bruit !
Puis le sol s'est mis à bouger et la vaisselle dans mes placards s'est entrechoquée.
Nouveau message aux copines : cette fois je ne suis pas la seule à l'avoir senti mais toutes ne l'ont pas perçu.

Cette fois la magnitude était de 3,9 à seulement 20 km de la maison.
Or il faut savoir qu'un accroissement de magnitude 1 correspond à 30 fois plus d'énergie et 10 fois plus d'amplitude de mouvements.
Les médias ont relayé l'info et en lisant les commentaires, c'est rigolo de voir que si 2 personnes sont dans une même pièce, une peu le sentir mais pas l'autre. 
C'est une des raisons pour lesquelles on utilise l'échelle de Richter qui mesure la magnitude contrairement à l'échelle de Mercalli qui se base plus sur le ressenti et les conséquences du séismes.

(source)


Cette nuit, 4 janvier, on était en train de dormir quand on a été réveillé en sursaut.
Tout d'abord le même grondement que le 26 décembre s'est fait entendre. Puis le sol a commencé à bouger comme si un marteau-piqueur ou un camion passait à côté de la maison. Enfin on a eu l'impression d'être sur un bateau car la maison a bougé comme si elle était sur des vagues.

La magnitude du séisme a été enregistré à 4,5 à côté de Berkeley soit une soixantaine de km de la maison.

Petite vidéo du San Mateo Bridge durant le tremblement de terre de cette nuit


On commençait à se rendormir quand je sens à nouveau le lit bouger. Je dis à Mr papa d'arrêter de bouger ses jambes (il a le syndrome des jambes sans repos). Puis je finis par m'endormir.
Ce matin, je découvre qu'il s'agissait en fait d'un nouveau séisme, 1h après le 1er, de magnitude 2,6 à 12 km de la maison !

Moi qui espérait sentir un petit tremblement de terre, j'ai été servie en un peu moins de 2 mois !
En même temps, il vaut mieux plusieurs petits car ça permet à la terre de relâcher les contraintes petit à petit plutôt qu'un gros où ça casse beaucoup d'un coup.
Mais maintenant c'est bon hein ? La terre peut se calmer !

02 janvier 2018

Bonne année et Mono Lake, le lac surprenant

Nous voilà déjà en 2018 !
Je vous souhaite tout d'abord une bonne année, qu'elle vous apporte ce que vous désirez mais avant tout le bonheur.



Les vacances sont passées par là et m'ont interrompues dans la fin de mon récit du road trip No-Cal.
Je reprends donc pour les derniers articles.

Après la visite de Bodie, nous avons repris le chemin vers Mono lake mais cette fois, sans passer par la route de 7 miles en terre que nous avions pris à l'aller.

Sur le chemin du retour nous passons devant le gigantesque et magnifique Mono Lake.
Il s'agit d'un lac salé formé dans une caldeira (un ancien volcan effondré).

De la route, on a d'abord une superbe vue sur l'ensemble du lac.

Entre Bodie et Mono Lake, il y a un superbe point de vue sur tout le lac
 


On se rend ensuite au visitor center où les explications sont encore une fois très bien faites :
- Le lac est très salé. Il n'y a pas de poissons qui y vivent mais une espèce de toute petite crevette (Artemia monica).
- Les sources des rivières ont servi à alimenter Los Angeles à partir du début du 20ème siècle. Le niveau de l'eau a donc énormément diminué. Depuis 1994, la ville a arrêté de prélever l'eau du lac et le niveau est remonté petit à petit.


Explication sur les tuffas (je vous en reparle après)

Les habitations des amérindiens avant la colonisation


Le Visitor center surplombe le lac mais un petit chemin permet d'aller jusqu'à la rive. On commence à descendre un peu puis on se décide à aller à un autre point de vue plus pratique.

Même doudou prend de photos



On aperçoit nos 1ers tufas : il s'agit de la précipitation de minéraux carbonatés liée à l'évaporation de l'eau. En gros le sel contenu dans l'eau se dépose et forme de drôles de structures.

Les tufas, c'est les gros rochers qui dépassent

Entrée : eau de pluie et sels dissous -  Sortie : évaporation de l'eau (laissant les sels derrière)


On reprend la voiture jusqu'à South Tufa. Vu que c'est ma journée, un autre chemin de terre nous attend (mais celui-là est très court). Il faut savoir qu'il s'agit d'une réserve fédérale dont le parking est payant sauf pour les possesseurs d'une carte des parcs nationaux (c'est notre cas)
Une petite balade à pied de 3 km permet un voyage dans le temps, quand le niveau du lac était beaucoup plus haut.

De loin les tufas paraissent petits

Ils sont en réalité plus haut que nous !

Des panneaux indiquent le niveau du lac en fonction des années : ça permet de voir que ça a bien baissé !

Des tufas de toutes les formes, des plus plates....

...au plus pointus.



L'eau du lac étant très salée, ceux qui se baignent flottent facilement (moins que la mer morte quand même)




Certains tufas n'ont même plus les pieds dans l'eau



C'est vraiment une expérience impressionnante de se promener au milieu des tufas. On pourrait se croire dans une grotte avec des stalagmites sauf qu'on est au bord d'un lac.


Mlle S observe les minis crevettes



J'aime bien celui là : on dirait un ourson qui grimpe



On est enfin rentré passer la nuit dans notre cabine à June Lake. Avant de s'attaquer à notre dernière étape du road trip : Yosemite.


La globalité de notre road trip : ici