Menu

02 décembre 2015

Mr papa a gagné un concours d'ingénieur à San Francisco (Hackathon) : il vous explique tout !

Mr papa prend la parole pour vous raconter son week-end hackathon. Havka-quoi ? Il vous explique tout ! J'ai essayé de rendre l'article compréhensible. J'espère que ça sera le cas !


Il y a quelques semaines, je reçois un message de mon copain N me proposant de participer à un hackathon à San Francisco avec 2 autres copains français (P et J). 

Le projet m’intéresse mais l’évènement dure tout un week-end, du vendredi soir au dimanche soir. J’en parle à Mme Maman et là, je ne sais pas ce qui se passe : N a t’il consulté un marabou ? fait de la magie vaudou ? ou lancé un sort sur nos femmes ? Le mystère reste entier mais nos femmes nous disent toutes : « Mais oui mon chéri va faire ton week-end avec tes copains, nous on restera entre filles et on gardera les enfants ».

Mais au fait, c’est quoi un hackathon ?

 
Le terme hackathon vient de l'assemblage de "Hacker" et "Marathon". 
C’est un évènement se déroulant en général sur un week-end pendant lequel des ingénieurs se réunissent pour travailler ensemble sur un sujet donné et développer un produit.

Pour ce Hackathon, le thème était : "Connect your city". C'est à dire développer un produit pour simplifier la vie des habitants de San Francisco au quotidien.


Comment ça s’est passé pour nous ?



Après 2h de bouchon, nous sommes arrivées au iHangar près du Palace of Fine Art, en plein cœur de San Francisco.
The Palace of Fine Art by night



François, de Sigfox, (oui oui une startup française !), le sponsor principal du hackathon, nous a présenté le thème de l’évènement : utiliser le réseau de communication sans fil déployé par Sigfox à San Francisco pour interagir avec des capteurs. Les autres sponsors se sont ensuite présentés : Texas Instrument (TI - utilisé plusieurs fois par la suite), Microsoft (MI), Connect2Me (C2M) et la ville de San Francisco.

Présentation au départ.

              

Place ensuite à notre premier repas, les crêpes de « Les crêpes, c’est la vie » (en français dans le texte). 
Nous discutons entre nous des différents projets qui nous passent par la tête. Nous avons plusieurs idées : objets vibrants connectés, système de suivi des malades 24h/24,… 

Finalement, nous reviens une proposition de Mme Maman : un système d’arrosage automatique prenant en compte un maximum de variables afin de lutter contre la sécheresse en Californie. On présente l’idée à un des sponsors qui la trouve bonne. 
On inscrit directement notre équipe pour récupérer notre matériel de développement (le hardware). Pendant les prochaines 48h, nous seront  DRYWATER.

Drywater est composé de capteurs d'humidité du sol, petit, de faibles coût et consommation d'énergie, permettant d'assurer l'arrosage que quand il est réellement nécessaire. Il prend aussi en compte d'autres paramètres tel que le type de plante et les prévisions météo (ça ne sert à rien d'arroser quand il va pleuvoir....).

Des présentations techniques des technologies utilisées sont prévues le samedi matin mais des tutoriaux sont déjà disponibles. 
Nous fonçons donc et prenons possession d’un bureau pour essayer le matériel que nous avons récupéré, à savoir :
·         4 cartes TI avec un processeur MSP430FF5528 et un module de communication sans fils pour dialoguer sur le réseau Sigfox
·         Un capteur de température
·         Un capteur d’humidité
·         Des LEDs
·         Du petit matériel

On teste, on se marre. 
A 2h du matin, on réussit à capter l’humidité ambiante de la pièce et à l'envoyer sur un serveur. Ce dernier renvoit un message à la carte. Une LED s’allume alors -> ça remplace pour notre présentation, le fait que ça arrose.
Dit comme ça, cela ne ressemble pas à grand-chose mais nous avons déjà de l’avance sur la plupart des équipes. 
Nous partons alors nous coucher… à l’hotel ! Oui, notre équipe a eu un sponsor supplémentaire : la boite de N nous a payé l’hôtel en échange de l’utilisation de leur serveur. 

2 des 4 lits doubles et les jambes de J en train de geeker sur son téléphone


Après quelques heures de sommeil, nous retournons au ihangard à 8h le lendemain pour le petit déjeuner. 
Nous continuons d’avancer sur notre projet tout en écoutant les présentations des différents intervenants, mangeant (sandwichs à midi, pizza le soir, cookies, baggel, sucré, salé entre temps et boissons sans alcool à volonté), rigolant, discutant avec les mentors,…
 
MANGER...

ENCORE MANGER...


Notre équipe est bien organisée et relativement rigoureuse. Tout le monde sait ce qu’il doit faire. 

Nous sommes aussi très complémentaires. 
·       -  N est ingénieur réseau, il bosse sur l’intégration du serveur de sa boite (notre sponsor hôtel). Il conçoit le cœur du système qui doit récupérer les informations des capteurs, les prévisions météo sur le net, envoyer le tout à un algorithme qui doit déterminer si il faut ou non arroser et envoyer l’ordre d’arroser ou non au système.   

·        -  J est ingénieur en informatique mais connait aussi le hardware, il travaille sur les échanges capteurs/serveur via Sigfox ainsi que sur le « machine learning » et sur les conditions pour arroser ou non. 

·     -    P est concepteur de jeux mobiles, il s’occupe de l’interface utilisateur et de la recherche de prévision météo sur le net avec un envoi automatique des résultats vers le serveur de N

·        - De mon côté, je travaille sur les composants (ingénieur hardware), je m’attache à faire fonctionner les capteurs et LEDs avec nos cartes TI et aide J pour le codage des microprocesseurs TI.

La carte "arroseur" avec le capteur de température et la LED représentant l'allumage ou non du système...

... et la carte gérant le capteur d'humidité (à droite)

L'interface web avec l'emplacement des capteurs sur la carte, les mesures effectuées en bleu et les prévisions en rouge




Ambiance...

Après quelques arrachages de cheveux, mentors qui nous embrouillent et capteurs partis en fumée, notre prototype est quasi-fini vers 2h du matin alors que d’autres équipes galèrent encore avec les tutoriaux ! Retours à l’hôtel pour un quelques heures de sommeil bien mérité.

Nous devons présenter nos projets le dimanche à 15h pendant 2 minutes + 2 minutes de questions. Nous passons donc notre matinée à peaufiner notre bébé et à écrire notre présentation. La fatigue aidant, on a de plus en plus de craquage. 

N, le plus marketing de nous tous, est désigné volontaire pour nous représenter. Pendant qu’il se prépare, comme pendant tout le hackathon, plusieurs membres du jury viennent nous voir et  nous disent que notre projet les intéresse beaucoup.

L’heure fatidique arrive. N est au top pendant les 2 minutes qui nous sont accordées, le prototype fonctionne comme prévu et le jury semble conquis. Nous étions les 4ème a passé et il reste 20 groupes. La suite est donc un long craquage de notre part (#BEC) que j’éclipserai ici. Le jury part ensuite délibérer.


Toute la présentation de N pour ceux qui veulent....



Une autre présentation.

Et encore une autre....

Vient alors la remise des prix. 
Il y en a 3 : le prix du meilleur projet technique, le prix du meilleur projet business et le prix de la meilleure potentielle startup
François de Sigfox remercie encore tous les sponsors et appelle pour le prix du meilleur projet technique… (Roulement de tambour) … DRYWATER !

On se regarde et on nous demande de monter sur le podium sous les applaudissements des participants mais aussi des spectateurs qui sont venu assister aux présentations. Pour notre premier hackathon nous avons gagné ! 
 
DRYWATER au grand complet

Notre bô diplôme

La suite est assez délirante : N se fait interviewer 3 ou 4 fois, plusieurs personnes nous demandent de présenter notre projet plus en détails et on a même des propositions d’investisseurs pour monter notre startup ! On ne s’attendait pas vraiment à ça une semaine plus tôt !


Nos femmes très contentes pour nous mais aussi très terre à terre nous demande alors ce qu’on a gagné réellement et elles sont rapidement déçus car en plus de reconnaissance de nos pairs ( ce qui n’a pas de prix), nous avons gagné des cartes cadeaux … valable sur le site de TI… et un accès au réseau Sigfox pendant un an. La valeur globale est de $20 000 mais nos femmes sont déçues et nous un peu aussi !

Bilan


Globalement, nous sommes tous les 4 très contents de notre week end.
Nous avons travaillé dans une super ambiance, on a bien rigolé et on a appris à se connaitre un peu plus. Nous sommes tous partant pour recommencer même nos femmes qui se réservent néanmoins un droit de véto en fonction des prix à gagner !

6 commentaires:

  1. Muahahaha vous allez pouvoir fournir 8 terminales S en calculatrices pendant 10 ans :D :D

    Bravo à Mme Maman pour avoir trouvé l'idée de base!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca en fait de la calculatrice ! Remarque à la revente, on serait gagnant :p

      Supprimer
  2. Sont trop forts nos hommes !
    Merci pour ce récit, j'ai tout compris !
    Hé oui ils sont où les 46 000$ promis hein ??? Je vous le demande !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut qu'on achète des calculatrices et qu'on les revende....

      Supprimer
  3. OMG! Pas mal quand même! J'imagine votre fierté! Et cette idée de startup?
    Le projet est-il déposé? Pour ne pas que les "investisseurs" intéressés vous le piquent?
    Je trouve tout ça super intéressant, n'étant pas ds le milieu!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement , on était super fier et content d'avoir gagné. Pour la startup on est un peu coincés: nous sommes 3 sur 4 à avoir un visa L1 ce qui signifie que nous sommes lié à notre entreprise. Dommage !

      Supprimer